10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 12:09

 

 

 

 

 

                                       Le Grand Passage

 

 

 

 

 

 

sphinx.jpg

 

 

 

 

Un passage est toujours un rendez-vous avec nous même, au plus profond notre être.

 

Il y a toujours l’idée d’un dépouillement au niveau de cette étape. Abandonner ce qui nous encombre, ce dont nous n’avons plus besoin. Nous libérer du surplus qui nous maintient prisonnier de certaines illusions.

 

Nous nous retrouvons ainsi devant le gardien, le sphinx, qui nous observe, nous scrute au plus intime de notre personne, et décide de nous laisser franchir la porte ou pas.

 

C’est un rendez-vous important et il ne tient qu’à nous de nous être suffisamment épuré pour ce passage. Heureusement, nos guides nous aident beaucoup à nous préparer dans ces moments.

 

 

Thot, Horus et Anubis, dieux égyptiens, représentent ce symbolisme du passage par la pesée du cœur.

Leur présence, leur soutien, sont un cadeau du ciel pour faciliter tout passage.

 

 

 

 

 

 

En cet attendu mois de décembre 2012, Horus s’est manifesté en premier. 

L’après-midi je méditais dans un endroit que j’aime bien, et j’ai commencé à voir un grand être de terre et de boue. Je le voyais autour de moi, comme si j’étais en lui. Je sentais cette présence des patriarches, Melkisédeck, Horus, Moïse...

 

Horus m’apparut alors sous la forme du faucon,  enfonçant ses griffes dans la Terre, activant les grilles telluriques qui sillonnaient le sol de notre planète.

Je ressentais  cette étrange force… une puissance incroyable qui m’était transmise alimentant, nourrissant, mon corps. Je me sentais golem. Puis je vis cette flamme en moi cette petite flamme qui brûlait d’une grande intensitée. Je pensais au souffle divin, la création de l’homme, l’injection de l’âme dans la matière du corps.

 

Puis vint le 12 décembre 2012, journée de méditation universelle. J’ai médité à différents moments de la journée, tentant de me relier pour recevoir ce que l’on voudrait bien nous envoyer.


C’est le soir que je reçu le contact que j’attendais. Après Horus ce fut Thot qui se manifestait.

Je le voyais accompagné de sa parèdre, Maât. Mon front commençait à dégager une superbe lumière qui se transforma progressivement en un large faisceau, comme une lampe torche. Je comprends qu’il s’agit de l’inspiration qui est ainsi symbolisée.

Horus, le corps, la puissance de l’énergie, de la matière… illuminée par la flamme de Thot qui nous apporte l’inspiration, l’éclairage sur notre état.

 

Je me dis que le 21 décembre, je verrai Anubis.

 

 

 

 

 

 

anubis-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 


Vers les derniers jours de novembre en discutant avec une personne sur un soin, elle m’apprit qu’elle avait suivie la première étape de la formation de Sarah Diane Pomerleau, intitulée Samsarah. J’étais très content de ce partage, en j’en profitais pour envoyer un mail à Sarah avec qui je n’avais pas échangé depuis des années. Dans l’échange, je lui disais que ce serait bien qu’elle nous donne un message d’Horus pour le 21 que nous pourrions transmettre dans nos blogs. Elle me dit qu’elle mettrait quelque chose en ligne sur un site.

 

Ainsi, le 13 décembre, après la fameuse journée du 12 et la présence de Thot, je trouvais l’enregistrement d’une méditation de Sarah. Je me dis que ce devait être le message d’Horus pour le 21. Il s’agissait de la méditation « Le code d’Isis et d’Osiris ADN » L’alignement sur nos 22 chakras.

 

Cette période est un peu étrange avec beaucoup de synchronicités, de choses qui vont et viennent nous enseignant au plus beau, au plus étonnant.

 

Le 20 décembre au soir je me rends au Sacré Cœur y passer la nuit. Dans la nuit, j'écoute la méditation de Sarah que j'avais enregistrée, et je me laisse guider, m’ancrant du centre de la Terre sur mes 22 chakras, me reliant au centre de la galaxie. La nuit est paisible. Le réveil est très agréable sur le haut de la colline de Montmartre, Paris qui s’éveille à mes pieds, les toits d’ardoises, et les fumées qui s’échappent des cheminées dans la brume diffuse du matin.

 

La journée se passe dans un certain charme, une belle attente aussi. A midi je médite puis le soir encore à mon domicile.

 

 

 

 

 

 

 

Orion-2.jpg

orion

 

 

 

 

 


Au début de ma méditation, je me rends dans mon cœur, j’y vois un peu de tristesse, comme une tornade bleue. Trois personnages, des nymphes ou des fées, en tous cas des élémentaux viennent et nettoient mon cœur. Je me sens plus léger, je les remercie.

 

Puis je vois Thot… je m’attendais à Anubis, mais je ne vais pas me plaindre…! Il prend les commandes de mon corps.

Je vois un taureau, peut-être le minotaure, ce qui correspond à une époque, peut-être l’ère des taureaux qui vint avant celle des béliers, suivie des poissons, avant d’atteindre bien sûr la nôtre, celle des verseaux.

 

Nous descendons de la mer Egée par l’Asie mineure vers l’Égypte. Je suis présent au moment de travaux sur la pyramide, celle de Khéops, peut-être sa construction. Sur ma main je vois le symbole solaire des architectes initiés.

 

En voyant ces images, je comprends qu’avant de commencer la construction proprement dite, la pyramide est construite sur le plan invisible, dans une autre dimension, comme si elle possédait ses propres corps énergétiques. Dans cette partie subtile, des programmations sont induites. C'est seulement après cette étape que l'on passe au stade de la construction avec les pierres.

 

L’on me montrait à l’intérieur de la pyramide, les trois chambres comme l’équivalent de nos glandes pinéales, pituitaires, avec les couloirs et les conduits d’aération orientées vers les étoiles comme nos canaux, nos chakras.

Cette forme qui ressemblait à une sorte de tête symbolisait également une forme de conscience qui entretenait et diffusait sur tout le globe terrestre, un champ d’émission d’une conscience supérieure. Une façon d’ancrer ce mode de fonctionnement, cet état de conscience, pour nous aider à notre éveil, au réveil qui doit être le nôtre.

 

Les jours passent, et c’est le 24 décembre au soir que je reçois la suite de la vision.

Je perçois les pyramides Mayas, et d’autres monuments ou pierres du mégalithique. Je reviens aux pyramides Maya, et j’y vois des feux au sommet, les flammes et la fumée alimentent des égrégores qui s’élèvent de tous ces monuments sacrés. Quelque chose de lourd les accompagnent.

 

A un moment, je vois de la pointe de la pyramide de Khéops, une lumière scintillante, aveuglante, je pense à la lumière de Thot…

Ce signal s’intensifie et part dans toutes les directions, atteindre les autres lieux, pyramides, cercles de pierres, mégalithes, constructions de pierres, pour syntoniser la conscience des lieux. Je vois les égrégores qui se détachent, l’espace qui se purifie.

 

 

 

 

 

Sphynx-Kephren.jpg

 

 

 

 

 

Le 1er janvier 2013 au soir, la silhouette d’Anubis se dessine enfin. J’assiste à la cérémonie de la pesée du cœur.


Anubis se tient sur le côté gauche, Horus en retrait au milieu et Thot sur ma droite.

 

Anubis se penche vers moi, je ne sais comment, je vois subitement mon cœur sur un plateau de la balance. Anubis  allège les douleurs, les peines qui résident dans mon cœur. La déesse Maat, si présente dans ma vie, apparait alors et de sa plume adoucit ces sentiments qui l’alourdissent.

 

Horus s’avance à ce moment là, faisant descendre sur mon cœur une intense lumière qui lui redonne un peu plus de sa luminosité et de sa puissance, accompagné de sa parèdre, Hathor, toute de blanc vêtue, toute en grâce, qui intervient sur les fréquences subtiles de l’énergie, une pluie de particules multicolores.

 

Thot y déposera un peu de sa sagesse et de sa connaissance, ce dont je lui suis reconnaissant, puis la déesse Bastet, parèdre d'Anubis, me rendra  mon cœur, le plaçant dans sa cavité naturelle.

 

Je ressentais en moi la présence des trois divinités égyptiennes comme si elles avaient fusionnées avec moi m’apportant un peu de ce qu’elles véhiculent en elles. L’allègement du cœur, la lumière et la puissance, puis la sagesse et la connaissance… Cadeaux du Ciel, ah si je pouvais préserver en moi tous ces dons !

 

Plus tôt dans la journée en méditant rue du Bac, je m’étais vu, m’élevant dans le ciel, mon corps se désintégrant dans la puissance du feu. Puis j’assistais à la reconstruction de mon corps, élément par élément.

 

Cela devait être une préparation à la pesée du cœur, et au bienfait, à la grâce qui m’était accordée ce jour là.

 

Je pense que je ne devais pas être le seul…

 

Beaucoup d’entre-nous ont profité de ces belles énergies de décembre, pour s'alléger, et se propulser dans cette  nouvelle page offerte à l’humanité, nous libérant d’anciens égrégores, de colères auxquelles nous étions si étroitement liés, assujettis.

 

 

Fin décembre, au cours d’un soin, une personne, guérisseuse elle-même, m’annonçait que 2013 serait une année christique. Je veux bien la croire !

 

 

 

 

Marie Laure m’appela un soir. Elle avait passé trois semaines en Inde, dans l’âshram d’Amma. En nous contactant, nous avons eu une petite synchronicité qui nous rappelait… la promesse du Sacré Cœur !

 

Marie Laure me disait qu’Amma était vraiment un avatar, une incarnation du divin dans un corps humain. Elle avait une présence, un rayonnement, un tel amour, une telle compassion, et surtout une telle énergie…

 

En sa présence, il se passait tellement de choses, au niveau des nettoyages, des inspirations, c’est un peu comme si toutes les personnes présentes avaient développées une grande sensibilité et sensitivité sur place.

 

Le 21 décembre 2012, Amma avait fait allusion à ce grand moment que l’humanité traversait, sans insister sur la date, en disant qu’il convenait d’avancer, de travailler en soi pour nous permettre de trouver notre chemin de réalisation en ce moment opportun.

 

En échangeant nos impressions sur nos expériences des dernières semaines, nous avons convenus qu’en ce début d’année, nous devions être attentifs sur ces points :

 

- Tenter d’aimer les personnes qui nous entourent comme Amma les aime. Avec la même compassion. Les acceptant comme ils sont.

 

- Vivre dans une grande paix intérieure, et dans la confiance.

 

- Accepter la nature changeante du monde.

 

 

 

 

 Mère amma 2

 

 

 

 

 

  Une méditation de Sarah Diane Pomerleau

  pour  nous aligner sur nos 22 chakras

Le Code Secret d'Isis et d'Osiris ADN

Ici

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by soinguerison
commenter cet article

commentaires