16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 09:19

 

 

 

 

 קודש הקודשים

 

 

 

 

Saint-des-saints-2.jpg

  Le Dôme du Rocher - Jérusalem

 

 

 

 

 

 

 

Certains prétendent que Moïse n’a jamais existé, qu’il est un personnage légendaire qui personnifie ou symbolise la création de la religion juive.

 

Pour d’autres, il conduisit le peuple juif esclave d’Egypte vers la Judée, le libérant selon la volonté divine, apportant les 10 commandements, et l’arche d’alliance, scellant ainsi cette alliance entre YHVH et le peuple d’Israël.

 

En novembre 2004, j’eus un soir une vision, celle d’un homme habillé d’une robe blanche, cheveux longs noirs, barbe, plus tout jeune. Il se présenta sous les différents noms qu’il avait porté,  Josué, Yehoshua, Moïse.

 

Je le voyais sous l’incarnation de Josué avec qui j’avais apparemment vécu autrefois.

J’étais très fatigué et j’avais du mal à maintenir le contact, j’ai su qu’il s’était incarné en Moïse pour accompagner le peuple hébreu dans la terre promise et qu’il reviendrait quelques centaines d’années plus tard sous le corps de Josué pour ramener le peuple juif, esclave encore, de Babylone vers les terres de Judée.

 

Moïse est un Passeur, comme Anubis. Il  accompagne, transmet la parole divine, et adoucit les cœurs. Lors de cette vision, il me montra mon cœur, me disant qu’il commençait à s’ouvrir, y plaçant un cristal à l’intérieur.  Avec le recul, je me rends compte que cela se passait à peine cinq mois après le premier transit de Vénus en  2004.

 

Ce n’est qu’un témoignage, il n’a pas plus de valeur que cela. Il est toujours difficile d’affirmer l’entière véracité de ce que l’on peut recevoir en vision. Pour moi, cela me parlait, et me parle plus encore aujourd’hui en 2012, avec ce travail sur le cœur que je vis ces derniers mois.

 

 

 

 

 

 Horus

 

 

 

 

 

 

Peu après le transit vénusien du 5/6 juin 2012, et ma nuit passée au Sacré Cœur, j’acceptais de devenir l’héritier du Cœur christique, tout comme Marie Laure.

Dès le 5 juin, les épreuves ont commencé à affluer dans ma vie, et bien sûr de la part des êtres auxquels je tenais le plus.

 

Je n’en dirais pas plus, c’était très douloureux. A chaque passage important, les évènements nous testent comme si ces Passeurs cosmiques voulaient nous montrer où nous en étions. Nous montrer le chemin, nous montrer les parties de nous qui ne fonctionnent pas encore dans l’alignement de la nouvelle énergie, le nouveau paradigme.

 

J’acceptais tous ce qui m’arrivait, acceptant d’être dans la volonté divine, pas la mienne. Acceptant les évènements, me plaçant dans la lumière du Cœur. Marie Laure vivant de son côté ses propres douleurs, nous soutenant l’un l’autre. Et c’est ainsi que tous ces évènements se sont dégonflés d’eux-mêmes.

 

Un jour, méditant dans ce lieu magique que j’aime par dessus tout, je voyais une colonne de lumière qui descendait dans mon cœur. Je ne distinguais plus mon cœur tellement il y avait de la lumière. A un moment donné, surgit du néant cette familière silhouette, reconnaissable entre toutes… L’Arche d’alliance, avec  ses séraphins se faisant face comme deux âmes inséparables, de toute éternité. Les deux faisant Un.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

arche.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je retrouvais Marie Laure de passage à Paris. Nous nous sommes retrouvés dans un café de Montmartre, au soleil, en terrasse.

Nous avons échangés sur nos petites misères survenues depuis que nous avons acceptés d’être dans le Cœur.

 

Un moment de rigolade et de bien être. Quelle chance de pouvoir partager avec une personne qui vit les mêmes choses que vous. Destin des âmes jumelles ?

Elle me parlait d’Andrea, son ami avec qui elle vivait peut-être la fin d’une histoire très pénible. Curieusement, Andrea était presque la copie parfaite de mon ex amie, Luna. Le même type de personnalité dans l’égo, le pouvoir, incapable de ressentir la moindre empathie avec quiconque.

 

Combien il est difficile de rencontrer une personne, de l’aimer, de sentir que nous avons des choses à faire ensemble, de les commencer, puis de s’apercevoir que cet être aimé se débat dans des contradictions proches d'états pathologiques des plus graves, mettant systématiquement tout en échec, mettant même toute relation en péril, voire les rendant simplement impossibles.

 

 

Nous nous demandions comment les aider, peut-on les laisser dans leur libre arbitre  –s’ils ne souhaitent recevoir aucune aide- mais sont-ils encore en mesure de prendre une décision ?  La seule chose que nous avons pensé à faire c’est de les placer dans notre cœur et de voir si la lumière christique pouvait transmuter leurs blessures.

 

Nous sommes allés méditer ensemble au Sacré Cœur, où nous avons reçu beaucoup de lumière, des visions de guérison. Puis nous nous sommes retrouvés dans un restaurant libanais, derrière une grande affiche nous offrant une image de Notre Dame du Liban.

 

Je lui parlais de ma vision de l’Arche d’alliance. Moïse avait descendu les tables des lois du Mont Sinaï,  recevant les indications pour construire l’arche. Il s’agissait d’un coffret en bois d’acacia, plaqué or, avec une sorte de propitiatoire au-dessus du coffret, toujours en or, surmontée de deux séraphins placés face à face et qui protégeaient l’ensemble. Personne ne pouvait toucher l'Arche, et l’on voyait par moment comme un rayonnement électrique à certains endroits.

 

A l’intérieur se trouve les tables des lois, un vase d’or ayant contenu la manne et le bâton d’Aaron, (vase et bâton, symboles féminin/masculin).

 

On construisit le Tabernacle pour protéger l’Arche. Il s'agissait d'une tente divisée en deux parties, la deuxième salle contenant l’Arche. Personne ne pouvait s’y rendre excepté le grand prêtre, un seul jour dans l’année pour la fête du Yom Kippour, la fête du pardon. Un voile en protégeait l’accès et la dérobait au regard des autres personnes qui accèderaient à la première salle.

 

Marie Laure me fit remarquer que cela lui faisait penser au voile d’Isis, ce voile très fin, et très difficile à franchir, qui nous retient dans l’illusion de la matière loin de la lumière. Et pourtant si proche !

 

Je lui disais  qu’en cherchant des informations sur le sujet, j’avais vu que la traduction du mot hébreux utilisé pour le Tabernacle était la demeure du Divin, ou le lieu de rencontre avec le Divin.

 

Pour en finir avec cet aspect historique, lors de la construction du Temple de Jérusalem, il avait été créé au centre du Temple, le même type de construction, mais en pierre cette fois-ci, deux pièces séparées par deux voiles aux deux entrées. La deuxième pièce consacrée à l'Arche d'alliance était appelée le Saint des saints.

 

Le Temple fut détruit et l’Arche d'alliance disparut à jamais. Le prophète Jérémie dit que l’Arche ne réapparaitrait plus car dans l’ère Messianique, il n’y aurait plus besoin d’une représentation matérielle de ce lien au divin.

 

 

 

 

 

 

 

 

Marie Laure repartit chez elle, la vie reprit son aspect plus quotidien, mais c’est dans le présent du quotidien que nous trouvons nos plus grandes richesses, dit-on !

Enfin j’espérais qu’elle reviendrait bientôt.

 

C’est vers la fin juin, que je tombais sur un petit livret sur le Sacré Cœur de Paris, livret publié en Mai 2012, donc très récemment, presque au moment où nous prenions conscience de l’importance de la basilique de Montmartre.

 

L’auteur parlait de Marguerite Marie qui avait reçu la vision du Christ entre 1673 et 1675, lui demandant entre autres choses de transmettre son message, de devenir l’héritière du cœur, et de faire bâtir un édifice à la gloire du Cœur Christique en France.

 

Bien sûr, personne ne la croyait vraiment dans son monastère, ce qui n’est pas vraiment surprenant. Un prêtre, le père Rolin l’accompagna et la soutint, en l’encourageant à écrire ce qu’elle avait reçu. Lui seul semblait la croire. Âme sœur, âme jumelle… venus ensembles pour accomplir ce travail ? Peu à peu son message se répandit et une basilique fut construite à Paris. La première pierre fut posée le 16 juin 1875.

 

La phrase qui me marqua le plus dans l’ouvrage est celle où Marguerite Marie reprend les paroles de Jésus-Christ lui annonçant que son divin Cœur est le Saint des saints.

 

 

 

 

 

 

 

rose-rouge-detouree-petit-poid.jpg

 

 

 

 

 

 

 

C’est au plus profond de nous, nous reliant à notre cœur et l’explorant dans sa lumière que nous pouvons vivre cette magnifique expérience qui nous est annoncé.

 

Lorsque nous avons ouvert notre cœur à la lumière cosmique, à l’énergie christique, c’est à ce moment de toute beauté, qu’il nous est proposé d’aller encore plus loin dans l’unité, nous reliant au divin.

 

En entrant dans cette antichambre sacrée, si nous soulevons ce rideau, nous accédons  au Saint des saints, la demeure du divin, le lieu de rencontre avec le divin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Babaji

 

 

  Au moment où j'écris ces derniers mots, Babaji est présent. Invoquez-le si vous le souhaitez, il vous soutiendra alors dans ce travail de purification du Coeur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Pour lire le début de l'histoire :

Après la 9ème vague du calendrier Maya... ?

Le Sacré Coeur

Féminin Masculin

Le Secret du Coeur

Juin 2012 - Les Âmes jumelles

La suite de l'histoire :

Les bulles de lumière

 

  Pour en savoir plus sur les Âmes Soeurs :

Les Âmes Soeurs

 

 

 

 

 

 

 



Partager cet article

Published by soinguerison
commenter cet article

commentaires

BELFLO 18/07/2012 16:47


TRES CHER GAB


SI JE ME PERMET D INTERVENIR SUR CE CITE C EST QUE JE LIT UN LIVRE QUI PARLE D'UNE  RETRAITE DE 6 MOIS DANS LE GRAND NORD PROCHE DE LA RUSSIE MALGRES LE FAIT QU SE DISE ATHE IL EVOQUE LA
RELIGION ORTHODOXE QUI COMMBLE L'ABSENCE DE L'ETRE AIME PAR L'IMAGE IL SCUPTE A LORS DES IMAGE DE 3 SAINTS SUR UNE PAQUE DE BOIS....DOUTERAIT IL ???