18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 16:05

 

Sphères de vie

 

 

 

      

 

 

le-chant-des-anges.jpg

 

 

 

 

 

 

 


 

C’était en juillet. Avant de pratiquer un soin, je décidais de faire un petit tour dans mon quartier.

Un petit tour au café, échanger quelques mots avec le serveur et les habitués, puis je me suis rendu dans l’église qui se trouve derrière mon domicile pour me recentrer un peu.

 

Comme la plupart des fois, il n’y avait personne, un grand espace pas très beau mais emprunt d’une certaine solennité, et rien que pour moi.

Au bout d’un moment, invoquant mes guides,  me glissant dans un état méditatif, je commençais à recevoir cette très belle séquence, une scène où je me trouvais assis au centre d’une grande sphère.

 

Les parois de la sphère étaient d’une matière transparente, comme un écran géant dans lesquelles des images défilaient.

 

Au centre de cette sphère, tout mon être émettait des ondes qui alimentaient l’écran géant qui m’entourait.

 

Mes projections, mes faiblesses, mes blessures donnaient forme à des images, créant ainsi autour de moi un univers qui me renvoyait sans cesse les mêmes situations, les mêmes types de personnes dans ma vie réelle.

 

Cela ne veut pas dire que l’univers n’existe pas, cela veut juste dire qu’il y aurait cocréation avec le monde réel.

 

Il existait des interférences entre moi et l’écran, mais il existait aussi des parasitages également, en positif et en négatif de la part des êtres de l’invisible, et d’êtres bien visibles, en chair et en os.

 

Nous sommes des êtres sous influence, ce n’est pas grave, il faut juste le savoir.

 

Nous recevons ainsi dans le flot des interférences, de nombreux signes,  des synchronicités, nous vivons des coïncidences troublantes, messages envoyés de la part des êtres de lumières pour attirer notre attention sur des faits, des informations diverses, pour nous guider vers d’autres personnes, nous permettre de vivre des initiations.

 

Bien sûr l’écran est aussi parasité par des êtres moins bienveillants, ce qui nous éloigne un peu de la compréhension de tout ce flot d’informations lumineuses, altérant leur portée.

 

 

 

A la suite de cette vision dans l’église, je rentrais chez moi et nous commencions le soin.

 

 

Je me rappelle qu’au cours du soin, nous avons assisté à une ancienne initiation égyptienne, dans laquelle la personne se connectait à un symbole solaire à travers le chakra coronal, recevant un enseignement par médiumnité. Nous avions l'image, mais pas le son comme d'habitude, cela restera un mystère, mais bon... cela appartient au passé.

 

Notre attention fut attirée sur un fait important. En aucun cas il ne fallait diffuser ces connaissances après les avoir reçues, en nous situant en connexion avec les chakras du front et de la gorge, mais de le diffuser à partir du cœur.

Le risque en question, était de nous protéger afin que notre égo ne s’identifie au message et les alimentent… autant le message que l’égo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

gabriel-scott-ange-.jpg

Gabriel Scott Ange

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin... la pluie renonçant à supplanter le soleil dans cet été de juillet un peu humide, je recevais un appel de Marie Laure.

 

 

 

Elle passait quelques jours dans sud de la France, invitée chez une amie avant de rejoindre un groupe thérapeutique qui effectuait un travail sur le masculin féminin.

 

En discutant de l’endroit où elle se trouvait, nous nous mimes à rire… Elle se trouvait dans la ville du Marquis de Sade et plus précisément dans l’antre du Marquis.

 

C’était étonnant de la voir dans cet endroit alors que nous avions travaillés quelques jours plus tôt sur la lumière et l’abondance, trainant dans les beaux quartiers parisiens, cherchant à déjeuner dans un palace que j’avais fréquenté dans une vie précédente, vie de débauche. Oh, j’exagère… gentille débauche !

 

A croire qu’en effeuillant l’idée d’abondance, nous accédions à cet univers perverti du Marquis qui symbolisait bien cette accointance du monde de l’argent, du pouvoir et des perversités.

 

Comme si nous devions nous nettoyer de cet univers de concupiscence sexuelle liée au pouvoir de l’un sur l’autre.

 

Pour ma part, j’avais connu à travers un emploi dans une grande entreprise, un de ces réseaux de pouvoir et de sexe. Le directeur, recrutait un profil d’hommes et de femmes bien particuliers et quelques peu versés sur des pratiques perverses, il ne restait plus qu’à constater l’existence d’un réseau entre ces personnes, réseau qui supplantait la hiérarchie, un peu comme il peut exister un pouvoir lié à la franc-maçonnerie ou aux cercles communautaires.

 

 

Je constatais que ces personnes avaient emmagasiné un passé difficile dans d’autres vies, et qu’elles se trouvaient encore prisonnières de leurs anciennes allégeances. Tout comme ces histoires médiatisés de l’ancien président du FMI, des Kennedy, et de bien d’autres individus liés à ce pouvoir.

 

 

Ces réseaux sombres de pouvoir, d’argent et de sexe existent bien. Stanley Kubrick en parle très bien dans son dernier film  « Eyes Wide Shut », « Yeux grands ouverts fermés » Kubrick nous montre bien comment nous pouvons traverser la vie les yeux grands ouverts sans rien voir de ce qui est occulte, caché… Tout ce pouvoir sombre.

 

 

Ce réseau souterrain semblait montrer en miroir ce qui se passait dans les profondeurs de notre psychisme, comme s’il était envahi de tous ces courants de pulsions de toutes sortes qui nous font agir, qui empreignent nos actes, notre sexualité, nos sentiments de tous ces aspects moins lumineux.

 

 

Comment naviguer dans ce monde bien sombre. Comment œuvrer dans un tel environnement face à ces personnes pas toujours des plus belles, mais ô combien puissantes, face à nos pulsions, aux excitations et conditionnements extérieurs.

 

Pourquoi les êtres de lumière n’interviennent-ils pas pour nous aider ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

anges

 

 

 

 

 

 

 


 

La réponse vint assez rapidement, sous une forme un peu étrange. J’avais pris le métro, je me trouvais debout dans le wagon, les écouteurs dans les oreilles, les pensées un peu perdues.

 

Deux hommes s’asseyent sur une banquette prévue pour deux personnes. C’est alors qu’une troisième personne ivre s’installe sur la banquette en poussant les deux autres. L’un des hommes se lève et s’éloigne en disant que c’était bon, qu’il ne voulait pas s’énerver. L’autre homme se montre furieux de l’attitude de l’ivrogne. On sent qu’il veut en découdre, qu’il est sur le point de laisser sa colère exploser.


Une femme s’approche d’eux et pose ses deux mains devant son visage comme pour s’extraire de la scène et se centrer. Elle a les cheveux blancs, très belle.

Je comprends qu’elle tente de faire descendre la lumière et de poser la paix. De mon côté je fais pareil, je demande que la paix s’installe, sans mettre mes mains sur mon visage. Quand même !

 

L’homme en colère se lève pour descendre à la prochaine station, je sens qu’il a envie de donner un coup sur le chapeau de l’ivrogne, histoire de lui montrer qu’il n’a pas bien agi.

 

Je me rapproche, j’invoque son ange, et je demande à la paix de le recouvrir ? La femme s’est assise à côté de l’ivrogne et pose à nouveau ses mains sur son visage.

 

L’homme descend sans céder à sa colère, je respire. La femme retire ses mains de son visage, elle aussi respire. Nous nous regardons.

A ce moment l’ivrogne s’adresse à elle, et lui demande si elle est anglaise. Elle repose ses mains sur son visage, et reste immobile. L’homme la laisse tranquille et s'enfonce dans la pénombre de ses délires intérieurs.

 

 

C'est en arrivant à destination, en descendant du métro, que je compris la leçon. C’était encore une de ces programmations de la sphère géante, certainement !


A travers l’action de la femme et la mienne, dans notre présence silencieuse, on nous a montré comment les êtres de lumière interviennent lorsque nous sommes aux prises avec ces réseaux sombres. En même temps, il nous est montré comment nous devons agir, face à eux.

 

Des bulles de lumière. Nous devons êtres des bulles de lumière dans notre environnement, quoi qu’il arrive !

 

 

Peut-être, dans notre sphère, émettre des ondes de lumière pour amener la paix dans notre univers immédiat.

 

 

 

 


 

coeur 

 

 


 

 

 

A la fin de séjour en groupe de travail thérapeutique de Marie Laure, nous avons échangé sur nos expériences.  Elle a compris que nous devions nettoyer toutes les parties résiduelles en nous, parties perverses de notre passé qui demeurent en nous.


Ces parties attirent à nous les personnes perverses, qui reconnaissent nos signes de victimes. Ces espaces, tant qu’ils sont présents, nous conduisent à accepter ces personnes dans nos relations intimes. Et à en souffrir.

 

Pour reprendre l'image de la sphère, nous émettons du centre cet appel, qui fait apparaitre dans nos écrans, dans nos vies ces personnages. 

 

Nous convenons, qu’en nettoyant notre corps de souffrance, nous nous libérons de ces personnes. En devenant des bulles de lumière, dans nos sphères, nous permettons à la beauté et à l’amour de s’approcher de nous, de nos vies.

 

 

 

 

Reste encore à savoir ce qu’est vraiment le corps de souffrance. Et comment se guérit-il ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

  Pour lire le début de l'histoire :

Après la 9ème vague du calendrier Maya... ?

Le Sacré Coeur

Féminin Masculin

Le Secret du Coeur

Juin 2012 - Les Âmes jumelles

Le Saint des saints


La suite de l'histoire :

Corps de souffrance  

 

 

 

 

 

 

 

Juillet-Août 2012

 


Partager cet article

Published by soinguerison
commenter cet article

commentaires