25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 16:16

 

 

 

 

 

                                        Les trois jours au tombeau

 

 

 

 

Mes-trois-jours.jpg

 

 

 

 

 

 

 

A mon retour de la Sainte Baume, le train-train quotidien essayait de reprendre le dessus.

 

Je restai très pris par Padre Pio. J’aimais lire ses biographies, revoir le film qui retrace sa vie, par deux fois il s’était même manifesté au cours des soins.

Je ne saurai dire à quel point je lui étais reconnaissant d’avoir poussé la porte de mon cœur.

 

Je me sentais tellement lourdaud… Manquant de tant d’humilité à côté de l’exemplarité de sa vie, lui qui passait ses soirées dans la prière après avoir reçu les visiteurs au confessionnal pendant des heures et des heures…

 

 


 

Le poème que j’écrivais sur Marie Madeleine avançait. Je me rendais de temps en temps à l’église de la Madeleine pour la remercier.

 

J’avais gardé l’habitude de porter autour du cou les médailles des deux Marie comme pour marquer ce lien d’amour et de tendresse.  Je passais de plus en plus de temps dans la prière et le recueillement… c’est ainsi que je me décidais de tenter les trois jours de jeûne, les trois jours de ténèbres de Padre Pio…

 

Trois jours de méditation, d’introspection dans le noir, isolé du monde…D’initiation certainement, juste pour voir ce qu’il en ressortirait.

 

 

 

 

 

J’avais commencé quelques jours avant ce jeûne, une neuvaine à Marie Madeleine en suivant un livret que j’avais acheté à sainte Baume. Pour l’occasion j’avais allumé le cierge de neuvaine que j’avais pris dans la grotte et qui brûlerait neuf jours.

 

Je préparais ma « grotte » en rangeant mon appartement, lui rendant toute sa propreté, le sacralisant en quelque sorte.

 

La veille au soir, avant de me coucher, je prenais soin de fermer tous les volets, et d’éteindre ordinateur, téléphones, me retirant autant que je pouvais du monde…

 

 

 

 

  IMG.jpg

 

 

 

 

 

 

Souffrir avec le Christ en offrande d’amour à Dieu 

 

 

 


 

 

 

Je me réveillais tard le samedi, je buvais un café puis je commençais prières et méditations à la lumière d’une bougie.

 

Le temps était si long, plongé dans l’obscurité, sans aucune distraction, face à soi et au divin. Je prenais un bain puis je lisais le texte du 6ème jour de neuvaine « Souffrir avec le Christ en offrande d’amour à Dieu » tel était le titre du texte… pas très joyeux, pour commencer.

 

Les textes proposés évoquaient le jour de la crucifixion, en soulignant la présence de Marie, de Marie Madeleine et de Saint Jean au pied de la croix. Saint Jean avait écrit le livre de l'apocalypse.

 

Je pensais au message de Marie aux enfants de Fatima, qui leur demandait des prières mais aussi des offrandes… Se priver de quelque chose en offrande au divin pour le bien de tous, et de soi même je suppose… C’était je suppose le sens d’un jeûne.

 

Curieusement j’étais accompagné aujourd’hui par Jésus, j’en comprenais le sens après avoir lu les textes de la neuvaine.

 

Dans la soirée j’eus des visions, encore une fois mon ancienne compagne Luna, en pays Maya, il y a bien longtemps. Elle était prêtre sacrificateur, liée au feu du ciel, à l’orage. J’en profitais pour me nettoyer de cette vie passé près d’elle. J'éprouvais beaucoup de tendresse et d'amour pour elle.

 

Puis je m’allongeais, en écoutant des conférences que j’avais enregistrées sur mon mp3. Le thème portait sur les francs-maçons et la mondialisation. Il y avait un témoignage d’un médecin qui avait été membre d’une obédience très connue, et qui parlait de leurs pratiques qui se rapprochaient  de celles de l’ombre à un certain niveau d’initiation. Je m’endormais en écoutant ce témoignage.

 

 

 

Myself-0001.jpg

 

 


 

Mourir au monde et à soi-même pour demeurer avec le Christ 

 

 

 

 

Je me réveillais vers quatre heures du matin, dans l’obscurité la plus totale. La bougie de neuvaine que j’avais ramené de la grotte de Sainte Baume, s’était éteinte au 7è jour alors qu’elle aurait du brûler pendant 9 jours.

 

J’allume une autre bougie de neuvaine consacrée à Marie. Je me décidais du coup à commencer une neuvaine à Marie en même temps que je terminerai le livret de Marie Madeleine. Les deux neuvaines se chevaucheraient pendant trois jours. Je retrouvais ainsi Marie et Marie Madeleine, toutes deux m'accompagnant.

 

La journée se faisait très longue encore à la lueur de la bougie. Je méditais, je priais, je lisais un peu un livre sur Padre Pio, mais il était difficile de lire longtemps à la lueur d'une bougie.

 

L’après midi, je m’allongeais et j’écoutais une autre conférence enregistrée cette fois ci sur le mondialisme de Pierre Hillard. Décidemment entre les francs-maçons et le mondialisme… J’ai bien choisi ! Toujours un thème aussi joyeux...

Instructif, tout de même de voir ces groupes liés au mal, au sombre, qui tentent de nous posséder à travers les finances, la politique, les médias…

C’est presque désespérant de nous voir si fragile si faible face à eux.

 

Je lisais les textes du 7ème jour de la neuvaine de Marie Madeleine. C’était le passage de la nuit au tombeau, intitulé « Mourir au monde et à soi-même pour demeurer avec le Christ ». Jésus est placé dans le tombeau. Il descend aux enfers.

 

C’est le sentiment que j’avais après avoir écouté ces conférences sur le pouvoir du mal dans notre monde. Ma descente aux enfers. A un moment, j’ai senti comme une présence. J’ai même ressenti une crainte, un peu de peur. Une impression très brève, très fugace, au moment où j'entrais dans ma chambre me coucher... Dans les ténèbres.

 

Joy me dira après mes trois jours, qu’elle est intervenue de l’extérieur pendant mes trois jours comme si elle m’avait senti en danger à un moment.

 

L’espoir résidait dans le texte du 1er jour de neuvaine pour Marie. Le texte évoquait la Femme promise par Dieu, Marie, en qui nous est donné la victoire sur tout mal. Sûrement que c’était elle qui avait averti Joy.

 

 

 

Myself-0002.jpg

 

 

 

 

 


 

Ressusciter avec le Christ pour une vie nouvelle

 

 

 

 

Le lundi, j’avais du mal à me lever, je somnolais en pensant aux femmes qui avaient marqué ma vie ces derniers temps…

 

Debout enfin devant mon café, je reprenais la lecture de Padre Pio, après avoir invoqué mes guides et médité un peu.

 

Je lisais un passage où l’on disait que Padre Pio souffrait d’arthrose aux genoux et de douleurs au niveau de la colonne vertébrale. Etrange qu’un homme qui souffrait en permanence des blessures du Christ, les stigmates, pouvaient tout autant souffrir de son corps d’homme, comme si rien ne lui avait été épargné… alors que par ailleurs il avait participé à tant de guérisons miraculeuses !

 

La neuvaine de Marie Madeleine en son 8 ème jour parlait de la résurrection de Jésus, de sa sortie du tombeau, de l’Ange qui annonce à Marie Madeleine la résurrection de son bien aimé.

 

La neuvaine de Marie en son 2ème jour parlait de l’annonciation, de l’apparition de l’Ange Gabriel pour lui annoncer l’arrivée de l’enfant Jésus.

 

Les deux femmes qui avaient le plus compté pour Jésus.

 

Plus tard au cours d’une méditation je vois une Déesse, peut-être Dévi, ou peut-être Marie, qui s’approche de moi et glisse un cristal bleu blanc à travers mon corps jusqu’au cœur pour qu’il devienne cristallin.

 

Le soir de mon troisième jour de jeûne, je n’éprouvais pas de faim, mais j’avais envie de me distraire un peu. Je regardais un film qu’Alexandra m’avait conseillé il y a quelques mois, "Gabriel".

  

Ce film m’aidait à comprendre les 3 jours de ténèbres, la mort à soi, la descente aux enfers et la résurrection.

 

Cette présence du mal qui s’en prend à l’individu, puis des individus aux groupes sociaux. Aujourd’hui nous ne pouvons plus faire grand-chose tant le système obscur s’est accaparé des médias, des banques, des institutions et des hommes politiques.

 

Au plus sombre de cette nuit, Marie nous protège. Nous sommes là pour permettre à la lumière de se manifester à travers nous, comme des phares dans la nuit. Notre rôle est de venir en aide à ceux qui nous le demandent, de témoigner de cette lumière qui attend son moment.

 

Il ne sert à rien de s'opposer frontalement au système, nous ne parviendrions qu'à sombrer dans la colère et la lutte, ce qui nous éloigne de l'état de Paix qui nous est demandé pour porter au plus haut notre lumière.

 


Puis le Christ viendra.

 


Le 23 septembre 2012, pour le nouvel an juif, les rabbins ont proposé une prière à leurs fidèles, de par le monde, ce jour là...  Pour demander au Messie de venir.

 

 

Ce dernier jour, je médite vers 22h22 en hommage à Marie Madeleine. Je sens sa présence, je sens beaucoup de mouvements au niveau de mon front, de mon coronal aussi, puis des filets de lumières qui s’élèvent vers le plan divin.

 

 

 


 Myself 0006

 

 

 


 

 

Des semaines plus tard, je peux dire avec le recul que j’ai vécu cette expérience comme une déprogrammation de mes habitudes. Mourir pour renaitre. J’ai changé mon mode d’alimentation, j’ai maigris, j’ai plus de facilité à faire du sport et je me sens mieux dans mon corps.

 

J’ai rencontré des personnes que je n’avais pas vues depuis longtemps, j’ai pris des décisions importantes qui modifient le cours de ma vie.

 


J’ai également, depuis ces trois jours, pratiqué des jeûnes plus courts. Deux jours, un jour et demi. Le premier jour de jeûne nous prépare, c'est à partir du deuxième jour que les choses se manifestent... A chaque fois cela m’apporte un réalignement, de nouvelles idées. Mais pas aussi fort que les trois jours…

Je crois que j’ai bien envie de recommencer.

 


 


 

 

 

 

Partager cet article

Published by soinguerison
commenter cet article

commentaires