27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 08:52

 

 

                    

                     Au delà de nos doutes...

Photo0197-copie-1.jpg

Marie Madeleine par Pierre Brisset

 

 

 

 

 

 

Depuis toute petite, Amma se sentait établie dans la conscience de Krishna. Elle passait des heures et des heures en méditation, en adoration, l'esprit absente... j'usqu'à ne plus supporter plus sa séparation avec Krishna.

 

« Ô Krishna élève cette malheureuse au-delà des sables du plaisir. N’es-tu pas le sauveur de Tes dévots ? Ignores-tu la peine de mon cœur ? Quelle faute ai-je commise pour que Tu me laisses souffrir ainsi ? Ô Krishna, je t’en prie, viens… S’il te plait, viens ! »

 

Souhaitant aller plus loin dans la conscience suprême, elle se prit de tout abandonner, cessant même de prier Krishna, lâchant ses pratiques habituelles, ses sadhanas.

 

Quelques temps après, Amma eut une vision de la déesse Dévi, l’un des aspects de la Mère divine. Cette vision la bouleversa profondément, et c’est ainsi qu’elle commença sa quête du Divin sous la forme de la Mère universelle.

 

« Tandis que de nobles aspirations se manifestaient clairement dans mon esprit, la Mère divine, de sa main douce et bienveillante, me caressa la tête. M’inclinant devant elle, je dis à Mère que ma vie lui était dédiée… » Amma.

Extrait de Mata Amritanandamayi « Sa biographie »

 

 

C’est en lâchant ses pratiques et s’abandonnant au divin qu’Amma trouva la mission dans laquelle elle s’accomplirait.

 

 

 

 

Amma-jeune-femme.jpg

Amma

 

 


 

En ce début d’année 2013, nous sommes conduits à nous investir davantage dans l’action. Il est temps de nous diriger plus sûrement vers nos missions de vie.

 

En janvier 2013, le Ciel nous rappelle un chemin qui nous prépare au plus profond de notre être à recevoir ce que nous sommes venus expérimenter et nous permettre ainsi de nous mener à notre accomplissement.

 

 

Ce chemin, nous pouvons l'envisager en discernant neuf étapes ou neuf prises de conscience qui nous y mènent :

 

 

 

1 - Avoir la certitude qu’il y a un but dans notre vie, un dessein précis, un plan réel, et le poursuivre sans jamais abandonner.

Tout en étant conscient du monde d’illusions dans lequel nous vivons, donc en prenant constamment de la distance avec ce qui pourrait s’imposer en nous comme objectif, image, ou désir illusoire.

 

 

2 - Trouver l’unité avec le divin.

Cela prends, hélas beaucoup de temps, de commencer une vraie vie spirituelle, de chercher jusqu’à ce que l’on trouve le chemin de notre intériorité en mettant de l’ordre dans nos vies, nous libérant des anciennes blessures, de nos doutes existentiels, de nos pensées négatives.

 

 

3- Demeurer sur le bon chemin.

En résistant aux tentations qui encombrent le chemin et les reconnaitre pour ce qu’elles sont. Chaque tentation surmontée nous donne une force et une stabilité intérieure plus profonde. Entendons le sens du mot tentation, comme le jeu extérieur, miroir de nos faiblesses, de nos nœuds karmiques.

C’est dans cette étape que nous trouvons les blocages d’énergie, la dépression.

Quand la force intérieure est figée par une expérience, cela crée la tristesse, la stagnation, un sentiment de lourdeur. Nous avons l’impression de nager à contre courant.

 

 

4 - Ouvrir nos cœurs au flot d’amour divin.

Quand nous ouvrons les portes de nos cœurs à l’amour divin, la force de vie circule en nous et à travers nous.

Si nous fermons les portes de notre cœur, la force de lumière  s’affaiblie, et la vie devient stagnante, blocage, séparation.

 

 

5 - Couler avec le rythme de nos vies.

Nous ne remettons pas au lendemain ce que nous devons faire maintenant, et nous lâchons ce dont nous n’avons plus besoin.

Abandons des anciens schémas, dogmes, croyances pour nous atteler à ce qui vient. Comme Amma lorsqu’elle cessa ses sadhanas. Un relâchement qui s’opère à un niveau des plus profonds, pour renaître et accueillir les nouvelles formes de vie.

 

 

6 - Penser en termes d’abondance.

L’abondance, l’absence de limitations, provient toujours d’un esprit libéré, d’une âme en paix. De cette sérénité découle une satisfaction psychique, un état de bonheur, d’harmonie et de beauté.

Abondance de créations, d’amour, d’expériences, de richesses. Il n’y a aucune vertu à vivre dans la pauvreté. L’argent n’est bon ni mauvais, il est là pour être utilisé avec sagesse et il doit circuler.

 

 

7 - Penser par soi-même.

Prendre le temps de s’intérioriser, et de penser par nous-mêmes  pour trouver notre propre chemin.

Il nous est parfois plus facile d’écouter et d’accepter ce que disent les autres, sans prendre la peine de penser par nous même. En empruntant ainsi le chemin des autres, nous nous éloignons du nôtre.

 

 

8 - S’élever au dessus de ce qui peut causer désunion et disharmonie et y demeurer.

En se fixant sur ce qui est important, l’amour du divin, et notre amour des uns pour les autres. Vivre pour le bien de l’ensemble et nous oublier nous-mêmes.

C’est un passage difficile, celui d’abandonner progressivement notre personnalité et les pensées venant de l’extérieur. C’est la phase où l’on se confronte aux identifications et aux projections pour nous en libérer.

 

 

9 - Recevoir la guidance.

« Recherche d’abord mon royaume, et tout le reste te sera donné en plus ». En faisant notre part et en mettant les choses essentielles en premier, nous nous sommes préparés à ce contact, à cette guidance. C’est ainsi que dans cette neuvième étape nos guides prennent la suite en nous révélant nos dons, nos talents, en nous aidant à faire les bonnes rencontres, à travers des prises de conscience, des synchronicités.

 

 

 

 

 

 

 

Je repense à cette phrase d’Ellen caddy : « Vois que chacun de tes pas est guidé et dirigé par Moi, et qu’à mesure que tu deviens plus conscient de Moi, de Ma divine présence, tu ne peux plus jamais perdre ton chemin.

Alors rends grâce éternellement et laisse ton cœur être si plein de joie et de gratitude que tu les exprimes à tout moment et que chacune de tes respiration dise : « Merci, Bien-Aimé » !

 

Un complément d’information m'est parvenu l’autre jour, en février, au cours d’un soin. Je voyais une personne recevant une initiation à l’époque de la grande Egypte. En même temps que l’enseignement lui parvenait, un faisceau de lumière l’accompagnait, par le cœur, remontant vers le haut, le cerveau, la conscience. Des lettres et des motifs accompagnaient cette lumière, emplissant la personne des richesses qu’elle recevait, comme si l’enseignement se faisait à différents niveaux de conscience.

 

C’est ainsi que le niveau vibratoire du cœur va agréer, accepter ou rejeter les informations qui nous parviennent.

 

Si le cœur n’est pas prêt, le doute entre en action, et les informations sont dispersées.

 

 

                                                                                                Au delà de nos doutes...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Février/Mars 2013



Partager cet article

Published by soinguerison
commenter cet article

commentaires